vendredi 25 avril 2014

FITS - Fact or fiction 7" 85 (Trapper)
















Ce Ep de Fits est un des plus vieux de ma collection. Il devait faire partie d'une des premières commande que j'avais faite à New rose via un extrait du catalogue dans Best. A cette époque, j'étais très Fits et pour être franc, je donnais pas vraiment dans la finesse. J'étais très Fits et j'étais aussi très Special duties et très Discharge. Ça, c'était de la vraie musique d'homme. Les quelques filles que je connaissais écoutaient plutôt des trucs comme U2, Cure, Big country ou Alarm, et ça c'était de la musique de fille! Alors qu'elle n'a pas été ma surprise quand j'ai reçu ce 45. Les Fits attifés comme le gonzes de The Alarm. Y'avait gourance, c'était pas possible! Y'avait mélange des genres et c'était tout simplement inconcevable en ce milieu des années 80!
Et musicalement, qu'est ce qui leur avaient pris aux Fits? Où était le punk crasseux et la gouaille du premier album You're noyhing, you're nowhere? C'est que ça chantait sur ce Fact or fiction et même plutôt pas mal. Et musicalement, ça assurait, propre et mélodique avec des petits roulements new wave. J'ai d'emblée détesté mais allez savoir pourquoi j'ai gardé ce disque. N'allez pas croire qu'en loucedé j'écoutais de la presque musique de fille. Toujours est il que j'ai fini par l'adorer ce disque, et ça sans l'écouter, ce qui est quand même très fort. Et pour rien vous cacher, je crois que depuis, j'ai plus jamais réécouté le premier Lp. J'en garde un bon souvenir, celui d'un disque un peu poilu sur le torse et la seule envie que j'ai c'est d'en rester au souvenir.
Bizarrement, les autres disques de Fits, je ne les ai jamais écoutés. Pourtant le split maxi avec Peter and the test tubes babies est dans la lignée dee ce 7" et le Ep de 83 qui se prénomme Tears of a nation est dans un style intermédiaire entre le Lp et ce 45... Mais non, jamais écouté! Tout comme le 7'' Action, avec encore un cran de mélodie au dessus. Ces 2 disques se retrouvent sur la version 12" de Fact or fiction.
Tiens on parlait des Peter et il est important de préciser que ce disque est sorti sur Trapper records qui est leur label. Et c'est pas surprenant, on peut retrouver une certaine similitude dans le goût pour les mélodies. Si seulement les Fits avaient pu s'habiller comme les PTTB, c'est à dire n'importe comment, un peu comme des beaufs et non pas comme des espèces de punk neo-romantique de pacotille, ça aurait été bien plus crédible, en tous cas pour moi!

FITS - Fact or fiction / Give away 7" 85 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/Verso = 17MB)



samedi 19 avril 2014

SOCIAL DISEASE - Today Ep 83 (Karnage)















L'Angleterre début 80 a  été un tel vivier pour le punk qu'on ne retient généralement que les grands classiques, Exploited, Crass et les groupes présents sur les compiles Punk & disorderly. Pourtant si on gratte un peu, on trouve des trucs passionnant. J'aurais du mettre cette introduction à la première personne du singulier parce que de votre coté, vous avez sans doute déjà fouillé cette scène mirifique et découvert des perles tel que ce Ep de Social disease. Pour moi c'est tout récent et j'avoue qu'il s'agit d'une belle découverte.
Au début, on peut être un peu surpris par le double chant mais musicalement c'est tellement intense que ça passe tout seul. On est clairement d'un niveau musical supérieur à beaucoup de groupes de l'époque. C'est d'après moi essentiellement du au batteur qui est un véritable bucheron et aux influences qu'on sent légèrement déborder du punk de base, si tant est qu'on puisse considérer Motorhead comme autre chose que du punk. Ne vous affolez pas fan de punk à la française, l'influence Motorhead est en fin de compte assez subtile et est plus dans la guitare que dans le chant ou la batterie. Pas de voix gutturale ici ou de double bombe, simplement un gros punk hardcore anglais avec du bon riff.
Le seul défaut de ce disque est quand même l'absence d'insert. On mets des A cerclés partout et on juge pas nécessaire de mettre les paroles à l'intérieur? Voyons, ça manque un  peu de sérieux les gars! D'autant que ça nous aurait bien aidé les paroles vu qu'il y a 4 morceaux et non pas 3 comme c'est inscrit sur la pochette. En plus de ça, l'ordre n'est pas le même. En farfouillant un peu sur le net, j'ai pu découvrir que le morceau fantôme s'appelle Tomorrows burning et que c'est le premier du disque si l'on s'en tient aux indications A et B. Les autres, on devine facilement lesquels ils sont en écoutant le chant et je pense pas m'être trompé.

SOCIAL DISEASE - Today Ep 83 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 15MB)



dimanche 13 avril 2014

The SYSTEM - Warfare Ep 82 (Spiderleg)















On va revenir un peu du coté de la vieille Europe avec une série sur la scène anglaise qui risque d'être bien aussi longue que la série sur les côtes US. Donc comptez environ 2 mois.
Il y a peu de temps, j'ai racheté à un pote un lot de disques qu'il n'écoutait plus. C'était principalement du vieux punk anglais et j'ai fait quelques belles découvertes comme ce premier Ep de The System, groupe jusqu'alors totalement inconnu pour moi.
Ce qui m'a particulièrement plu dans ce Ep, c'est le coté lancinant et hypnotique qu'on pourrait presque qualifier de post punk et l'intensité du chant qui en arrive jusqu'au hurlement. Et moi qui suis si friand de screamo, de vieux hardcore italien et de viol collectif, c'est rien de dire que j'aime ça quand ça hurle! C'est le genre d'ambiance qu'on retrouve pas du tout sur le 2ème Ep qui est plus classiquement dans la lignée Conflict. On va pas cracher dans la valstar non plus et faut avouer que si je n'avais pas écouté ce premier Ep en premier mais le deuxième, nul doute que je serais tombé pareillement  sous le charme.
D'après des sources on ne peut plus sérieuses, ce premier Ep aurait du sortir sur Crass records mais System cède devant l'insistance de Spiderleg, le label deFlux of pink indians.
Il existe des compiles de The System (un Lp et un cd) qui regroupent les 2 eps, des démos et du live. Je vous conseillerais plutôt le cd qui est beaucoup plus complet et sur lequel il y a même des démos de 81. Enfin, démerde toi!

The SYSTEM - Warfare Ep 82 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 31MB)


mercredi 9 avril 2014

RED SCARE - Then there were none Lp 84 (Upstart)


























Cette longue série sur les disques punk hardcore de la cote est et ouest se termine. C'était très intéressant je trouve! Quand je me relis, j'ai l'impression de consulter une revue technique! C'est peut être parce que je lis que ça, des revues techniques automobiles... En ce moment, je suis sur la Talbot Horizon et je pensais pas que mécaniquement cette petite voiture pouvait être aussi passionnante! Mais c'est un autre débat et ça sera peut être le thème d'un nouveau blog. Contentons nous ici de parler de ce qu'on connait plus ou moins, le punk des années 80/90.
Red scare ont eu la chance d'être réédité sur Grand theft audio. Je dis la chance parce que le bougre a toujours bien fait son travail. Enfin plus ou moins, et dans le cas de Red scare, c'est nous qui avons de la chance parce que rien n'est omis. On a même droit à quelques démos et du live. Je vous parle de la disco de Red scare mais ce que je vous propose aujourd'hui c'est simplement l'album et uniquement l'album qui est de toute façon le seul disque sorti du vivant de Red scare.
Laurent me disait en commentaire que ça lui faisait toujours un peu quelque chose à l'écoute d'un disque  quand il savait qu'un des membres était mort. Je ne peux le démentir là dessus et c'est exactement ce que j'ai ressenti avec Red scare en faisant des recherches sur internet, et en apprenant que la chanteuse était morte d'un cancer 4 ans après cet album, à l'âge de 26 ans. Putain à cet âge là, j'entrevoyais tout juste que la vie pouvait éventuellement être supportable! Bref...
J'aime beaucoup ce genre de punk hardcore US très influencé par la scène anglaise, je crois que j'ai déjà eu l'occasion de le dire. Et à l'écoute de  Red scare, on ne pourra pas s'empêcher de penser à Vice squad, Expelled ou Siouxie, autant dire en ces temps de revival post punk à chanteuse, que Red scare peut passer pour une énorme référence. Je ne peux qu'être d'accord! Quand je parle de punk anglais, il ne faut pas oublier aussi que Red scare étaient américain et que ça s'entend également surtout au niveau du son. A propos de son, avez vous remarquez que j'ai insérer un lecteur audio (2 en fait) au bas de l'article. Je vais essayer de faire ça systématiquement maintenant, ça m'évitera de me perdre dans des descriptions aussi foireuses que subjectives. Faut juste que je trouve un lecteur qui me convienne. Tous les tuyaux sont les bienvenus.

RED SCARE - Then there were none Lp 84 (11 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 60MB)

vendredi 4 avril 2014

411 - This isn't me Cd 91 (Workshed)

























On m'a réclamé ce disque dernièrement et ça tombe plutôt pas mal vu qu'on est dans une série sur la cote ouest. A propos, vous aurez remarqué qu'il n'y a  que des groupes de Californie et aucuns de l'Orégon, de l'Alaska, de l'état de Washington ou de la Charente. C'est que j'ai pas trouvé d'autres groupes que des californiens, alors que pour la côte est, j'avais essayé de répartir un peu... Est ce bien important, de toute façon il y a eu autant de groupes en Californie que dans le reste des Etats unis et cette série se termine, je ne vois vraiment pas quel disque je pourrais rajouter?
Ah, 411, pourquoi n'y ai je pas pensé plus tôt! Encore un groupe qui a énormément compté pour moi! Musicalement, c'est vraiment unique avec ce hardcore aux sonorités assez rock mais avec une approche moderne et cette grosse voix qui a laissé l'éraillement à la maison. J'ai déjà dit tout le bien  que je pensais de 411 avec le single Say it mais si vous voulez, je veux bien me répéter un peu.
C'est en fait un groupe d'ex et ça explique sans doute la maturité du projet. Au chant on trouve Dan O'Mahony de feu No for an answer/Carry nation. Dan, vous savez c'est ce sXe qui s'est fait renier par sa fratrie pour je ne sais quelle raison. Belle voix, textes intelligents...
A la gratte, il y a Kevin Murphy anciennement batteur (et quel batteur!) chez Headfirst. Mais là il est guitariste et il s'en sort très bien aussi. Il jouera ensuite dans God forgot (cdep dispo ici même) toujours avec Dan o'Mahony au chant. Il deviendra ensuite guitariste de Farside.
Le batteur Mario Rubalcaba est un novice qui était surtout connu à l'époque pour être un skater pro. Mais moi j'ai découvert un batteur exceptionnel et vu la carrière qu'il a eu et les groupes dans lesquels il a joué (Rocket from the crypt, Off, Metroshifter, Hot snakes...), je pense pas avoir été le seul à l'avoir trouvé exceptionnel.
Seul le bassiste a un curriculum un peu décevant. Enfin décevant, faut pas non plus exagérer! Avoir joué dans Farside, c'est quand même pas de la merde! Et c'est fort possible qu'il ait joué auparavant dans un obscure groupe sXe genre Inside out, mais c'est juste une supposition (ou plutôt une info que j'ai chopé sur le net) à laquelle je ne crois guère. S'il a participé à Inside out, ça doit juste être en tant que photographe. Il est crédité sur le disque comme étant le photographe du recto de la pochette. Il a contribué d'ailleurs à plusieurs pochettes de grands noms de la scène de l'époque.

FOUR ONE ONE - This isn't me Cd 91 (10 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 62MB)

Libellés